Coopération pour la valorisation du patrimoine de pierre sèche du sud des Alpes (oct 2023 – mars 2027)

Le Parc naturel des Préalpes d’Azur et la Communauté d’Agglomération de la Riviera Française bénéficient pour trois ans d’une aide de l’Union européenne (FEDER – programme Espaces Valléens), de l’Etat et de la Région Sud pour mener à bien un plan d’actions sur la pierre sèche, pensé dans une dynamique de collaboration et de coopération entre territoires du Sud des Alpes, tous marqués par ce patrimoine emblématique.

Enjeux transversaux de la pierre sèche

La pierre sèche concerne tout à la fois le patrimoine culturel de notre territoire, l’agriculture et la forêt, la gestion de l’eau (en excès ou en rareté), les paysages et l’attractivité. Importante pour la qualité de vie des habitants, elle est aussi au cœur du développement économique, englobant la gestion des aménagements, la formation à une technique de construction spécifique, l’emploi et le tourisme durable.

Cette coopération repose sur une collaboration et une mutualisation technique au service des gouvernances locales, dans l’objectif commun de valoriser un patrimoine emblématique de nos paysages (source d’attractivité touristique) et de notre culture (savoir-faire et histoire locale).

Cette valorisation, permettra de mettre évidence que cette technique est porteuse de solution d’adaptation au changement climatique (solution bas carbone, limitation des risques, préservation d’un foncier cultivable et résilience alimentaire) et de développement économique (création d’emploi dans la filière professionnelle du métier de murailler et indirectement emploi ou pluriactivité dans le secteur agricole).

Le programme d’action vise à la capitalisation des outils de connaissance et de valorisation d’un patrimoine porteur d’histoire, de savoir-faire et de solutions d’avenir.

L’objet essentiel est de développer des synergies et un enrichissement mutuel entre les territoires s’inscrivant aux trajectoires parfois différentes, tout en préservant pour chacun une offre différenciée de tourisme durable.

Cette gouvernance partagée Inter Espace Valléen au service de la protection et de la valorisation du patrimoine Pierre sèche a pour objectifs :

  • Améliorer la connaissance de ce patrimoine par le partage des méthodologies de collecte et d’analyse en lien avec les inventaires existants, le recensement des constructions non répertoriées, l’identification des usages anciens, le partage des diagnostics des ouvrages et la structuration des données. Cette capitalisation des différentes approches permettra d’établir des critères de priorisation de sites pouvant être restaurés ou préservés en vue du développement de leur potentiel dans le cadre d’un tourisme durable et de la redynamisation d’une filière économique (autant celle agricole et liée à la culture de l’olive que celle du métier de murailler). Cette orientation mettra à jour à la fois des critères universels et des critères singuliers, propres à chaque territoire. Elle permettra également d’étudier l’opportunité du développement d’une base de données commune en lien avec les acteurs de l’inventaire du patrimoine dont la DRAC PACA avant d’engager les travaux de numérisation
  • Partager les retours d’expérience de chantiers grandeur nature, pilotes ou sur des sites exemplaires pour la création d’une offre de médiation touristique à haute valeur patrimoniale,  organiser des chantiers pilotes de restauration et de mise en valeur patrimoniale et touristique ; développer le recours à la technique de la pierre sèche dans les projets nouveaux (favoriser la commande publique et privée) et mutualiser l’ingénierie financière (soutiens financiers publics/privés pour la restauration du patrimoine)
  • Sensibiliser différentes cibles (scolaire, lycée professionnel, touristique) par des médiations culturelles et développer du contenu pédagogique sur ce patrimoine, porteur de solution d’avenir pour adapter les pratiques au contexte environnemental : risques liés au changement climatique, enjeux de préservation de la biodiversité et des ressources en eau. Il s’agira de mutualiser les expériences antérieures à destination des collectivités, des professionnels et du grand public. Chaque territoire organisera sa communication en fonction de son histoire, en matière de valorisation du patrimoine.
  • Œuvrer pour orienter et mettre à disposition des offres de formations qualifiantes. La coopération permettra de participer à la caractérisation du besoin de formation professionnelle et d’élargir les cibles de personnes susceptibles d’être intéressées par ces formations : des personnes (jeunes, en insertion ou en reconversion) voulant développer l’activité principale de murailler aux particuliers, des agriculteurs possédant des restanques et autres ouvrages en pierre sèche, les prescripteurs de chantiers (architectes, élus locaux, urbanistes, paysagistes, techniciens de collectivités…) ; indirectement ces formations bénéficient aux acteurs touristiques hors saison (hébergement, restauration) ce dont la ruralité a bien besoin ;
  • Développer un réseau d’acteurs Pierre sèche, en lien avec ceux existants aux échelles régionales, nationales et internationales avec la volonté de déployer la dynamique de coopération émergente autour du label UNESCO avec d’autres Espaces Valléens ou d’autres territoires de la Région Sud.

Le plan d’actions en 4 volets

Mieux connaître est un préalable pour rationaliser et prioriser l’action, protéger ce qui mérite de l’être, valoriser ce qu’il y a de plus différenciant. Les deux territoires ont une approche différente en lien avec leur historique et leurs priorités au sein de leur stratégie : ainsi le Parc des Préalpes d’Azur a choisi d’internaliser « l’inventaire des inventaires existants », tandis que la Communauté d’Agglomération de la Riviéra Française (CARF) fait appel à un prestataire car il y a peu de matière initiale, et les conséquences de la tempête Alex sont à intégrer au diagnostic. Les deux approches sont complémentaires et seront capitalisées en lien avec les approches des autres territoires partenaires techniques.

  • Parc naturel régional des Préalpes d’Azur
    • Synthèse de la connaissance existante en vue de publications techniques et « grand public »
    • Organisation de réunions de travail multi-acteurs  pour préciser les objectifs, les approches méthodologiques mutualisables et les moyens mobilisables
  • Communauté d’agglomération de la Riviera Française
    • Appel à un bureau d’étude pour pré-inventaire du patrimoine du territoire et une aide à la décision sur les priorités d’intervention
  • Livrable de la coopération
    • Publication d’un rapport de synthèse concernant les méthodologies à adopter pour le développement de la connaissance qui précise les critères de priorisation retenus pour les projets d’inventaires, de sensibilisation et de restauration en tenant compte des typologies, des localisations et des enjeux paysagers, patrimoniaux, économiques, environnementaux,  écologiques, de génie civil…

Par les multiples enjeux (culturels, patrimoniaux, économiques et environnementaux) qu’il soulève, le patrimoine en pierre sèche apparait comme support majeur d’une éducation au paysage, aux traditions, à la biodiversité et aux problématiques du changement climatique. Ce patrimoine amène à comprendre l’histoire des territoires ruraux, comment l’homme a cherché à aménager les paysages pour des raisons vitales en développant dans des lieux parfois difficiles d’accès, l’agriculture ou l’élevage. La transmission de la connaissance des atouts de ce patrimoine permet de l’envisager comme une des solutions d’adaptation au changement rapide du climat.

Diverses actions de médiations culturelles et scientifiques (interventions pour le jeune public, conférences, animations artistiques) auprès de divers publics et des chantiers pédagogiques sont envisagés. Les cibles de ces chantiers pédagogiques sont aussi bien les visiteurs, les habitants, les agriculteurs, que les prescripteurs de chantiers (architectes, élus locaux, urbanistes, paysagistes, techniciens de collectivités…). Cette dernière cible est primordiale pour une appropriation à la source des avantages et contraintes de cette technique.  L’organisation de ces chantiers sera l’occasion de proposer des éductours à l’échelle de la coopération (accueil d’élus et d’architectes prévu sur le territoire de la CARF). Ces temps de sensibilisation et de pédagogie ont ainsi pour objet une éducation au patrimoine culturel matériel et immatériel, aux savoir-faire, à l’environnement et une compréhension de l’Histoire des hommes. Enfin, l’ensemble de ces dispositifs de promotion de la pierre sèche seront adossés à la mise en place de dispositifs d’accompagnements permanents à destination des maîtres d’ouvrage publics et privés, afin de leur porter à connaissance par divers moyens (ateliers, AMO, livrets supports) la particularité de ces commandes et de leur faire connaître les possibilités de financement et d’accompagnement qui s’offrent à eux.

En complément pour le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur, il est envisagé :

  • de publier une synthèse de la connaissance avec la réalisation d’un support de communication et de valorisation. Cette publication aura pour cadre le schéma d’interprétation des patrimoines des Préalpes d’Azur en lien avec sa stratégie écotouristique distinguant une offre d’itinérance et une offre « à butiner ».
  • de créer un groupe de travail sur la valorisation croisée du Patrimoine culturel immatériel (PCI) de la pierre sèche et des savoir-faire du parfum de Grasse (tous deux inscrits à l’UNESCO en 2018). Cette valorisation croisée a pour but d’adosser à nos actions de valorisation l’attractivité et la renommée touristique mondiale des parfums de Grasse).

Réalisations :

  • 4 octobre 2023 : « Réunion professionnelle autour de la valorisation croisée des patrimoines inscrits UNESCO présents sur le territoire du PNRPA – Pierre sèche – Plantes à parfum de Grasse »- voir ici le compte-rendu
  • Participation au congrès international de la pierre sèche à Goult et collaboration sur la réalisation d’un poster de la FFPPS.
  • Chantiers d’initiation à la restauration des restanques (Gattières et La Roque en Provence)
  • Balade patrimoine à Caussols (17 février) – Voir ici le compte-rendu

L’action vise à consolider un réseau d’acteurs (professionnels muraillers, médiateurs scientifiques, agents territoriaux, entreprises d’insertion) par des communications et des rencontres afin de redynamiser cette filière économique. En partenariat avec les acteurs de la formation professionnelle l’objectif est de mobiliser les services compétents à développer des formations qualifiantes, et à les faire se produire sur les territoires de la coopération.  C’est un enjeu déjà bien identifié sur le territoire des Préalpes d’Azur où les formations professionnelles sont inexistantes à ce jour et où les muraillers ne peuvent satisfaire toute la demande, ainsi que sur l’Espace Valléen de la Riviera Française, où les professionnels de la “Manufacture de la Roya”, récemment labellisée “manufacture de proximité” par l’Etat, souhaitent favoriser le développement d’une filière “pierre” notamment en accueillant des formations sur des sites entièrement mis à disposition. La Communauté d’Agglomération de la Riviera Française s’engage à mettre en relation les acteurs professionnels de son territoire avec les acteurs de la formation professionnelle que le Parc des Préalpes d’Azur aura réuni autour du projet afin d’encourager l’émergence d’une formation certifiante.

En parallèle, une sensibilisation particulière pourra être proposée autour du métier de murailler dans les filières de formation professionnelle, des salons de l’orientation (pour générer des vocations et des candidats aux offres de formation).

Réalisations :

  • 27 novembre 2024 – Réunion technique « Professionnalisation autour du savoir-faire de la pierre sèche »
  • Information sur les Appels à Projets du programme Leader 2023-2027 pouvant intéresser de potentiels porteurs de projet de la filière pierre sèche résidant et œuvrant sur le territoire du GAL Alpes & Azur.

Il est prévu l’animation d’un groupe de travail dont l’objectif sera de sélectionner les projets et patrimoines exemplaires des partenaires volontaires (EPCI, communes, associations). Cette sélection sera conditionnée à un certain nombre d’actions de protection (inscription au PLU…), de restauration et d’accessibilité (itinéraires de randonnée, cycliste, proximité d’une offre d’itinérance touristique préexistante) garantissant une fréquentation adaptée d’un patrimoine parfois fragile. Ces partenaires publics ou associatifs dont le patrimoine de pierre sèche aura été sélectionné seront ensuite accompagné pour développer et réaliser un projet pilote de valorisation exemplaire. Ils bénéficieront pour cela d’une assistance à maitrise d’ouvrage du Parc, et d’un accompagnement qui fera l’objet d’un compte rendu.

Sur ce point, les méthodes, freins et leviers seront partagés à l’échelle de la coopération technique (par exemple un pense bête pour passer de l’idée au projet)

Les Parcs naturels régionaux du Luberon, du Mont Ventoux et du Verdon et les Vallées de la Tinée et de la Vésubie (Espace Valléen de la Métropole Nice Côte d’Azur) ont manifesté leur intérêt pour être associés techniquement aux réflexions et aux travaux.

 

Ces espaces ont chacun leur spécificité, selon le niveau d’ancienneté de la prise en compte de ce patrimoine, et en matière de valorisation touristique ; chacun a matière à se distinguer des autres dans ses actions. La coopération est donc envisagée pour capitaliser les méthodes (inventaire, priorisation de l’action publique, ingénierie financière auprès des acteurs publics et privés), et s’inscrire dans une complémentarité plutôt qu’une redondance pour se différencier d’une destination touristique à une autre.

Localisation du project

Saint-Vallier-de-Thiey, France

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×