Agir pour protéger notre biodiversité

Les Préalpes d’Azur abritent une biodiversité reconnue comme exceptionnelle au niveau mondial et qui mérite notre attention. Des inventaires d’espèces menacées sont réalisés grâce au programme Espace Valléen afin de concilier leur préservation avec nos modes de vie.

Afin de mieux connaître et protéger cette biodiversité, le Parc naturel régional des Préalpes d’Azur a lancé le programme « Participer à l’amélioration de la connaissance d’espèces naturelles d’intérêt communautaire menacées sur les Alpes et élaborer des outils de gestion pour mieux préserver cette biodiversité exceptionnelle ». Il est financé avec le concours de l’Union Européenne et de la Région SUD.

L’ambition du Parc est ainsi de :

  • Participer à la protection de 13 espèces emblématiques du Massif Alpin (espèces qu’on souhaite protéger dans l’intérêt général) :
    Grand Rhinolophe © Thomas Roussel

    Erodium de Rodié, Buxbaumie verte, Hydromante de Strinati, 10 espèces de chauves-souris.

  • Protéger cette biodiversité remarquable en identifiant les menaces pesant sur ces espèces et en mettant en place des mesures de gestion adaptées
  • Protéger cette biodiversité remarquable en identifiant les menaces pesant sur ces espèces et en mettant en place des mesures de gestion adaptées
  • Participer à l’indicateur de résultat « Diminution
    Hydromante de Strinati © Laurent Bouvin

    du taux d’espèces naturelles d’intérêt communautaire menacées sur les Alpes »

  • Sensibiliser les acteurs du territoire (propriétaires, gestionnaires, usagers du territoire, …) et le grand public pour qu’ils intègrent dans leurs actions la mise en place de pratiques concrètes favorables aux espèces.

 

Durée de l’opération : 2018-2020

Montant du soutien financier :

  • Union Européenne : 35 000 €
  • Région Sud : 21 000 €

Limiter la propagation des espèces envahissantes

Les espèces envahissantes sont la 3ème cause de régression de la biodiversité dans le monde. A l’échelle du Parc on peut aussi agir.

  • La Berce du Caucase

Introduite dans des jardins à Thorenc (commune d’Andon), la Berce du Caucase s’est particulièrement bien adaptée à notre climat. Cette espèce végétale imposante (jusqu’à 3 m de haut dans les Préalpes d’Azur) a envahi les berges de la rivière la Lane et de ses affluents.

 

 

En plus de déstabiliser les berges et de concurrencer les espèces locales, si la peau entre en contact avec de la sève puis est exposée au soleil, cela peut entraîner une réaction et provoquer de graves brûlures.

Comment agir ?

Il suffit de ne pas la toucher.

6 partenaires travaillent ensemble pour lutter contre la propagation de cette espèce : Conseil Départemental des Alpes-MaritimesConservatoire Botanique National Méditerranéen de PorquerollesConservatoire d’Espaces Naturels PACA,  PNR du Verdon et le  PNR des Préalpes d’Azur.

  • Le Frelon asiatique

Le Frelon asiatique ou Frelon à pattes jaunes est une espèce envahissante introduite accidentellement en France, dont l’aire de répartition ne cesse de progresser.

Largement présent dans les Alpes-Maritimes et sur le territoire du PNR. En s’attaquant aux abeilles domestiques, il devient une vraie menace pour la biodiversité locale ainsi que pour les activités liées à l’apiculture.

Le PNR des Préalpes d’Azur, au côté des intercommunalités, a mené des actions de sensibilisation  sur cette espèce. Le Département des Alpes-Maritimes missionne des entreprises spécialisées pour supprimer les nids de Frelon asiatique actifs.   

  • Sensibiliser aux espèces végétales locales

Le meilleur moyen pour lutter contre les espèces envahissantes (Herbe de la Pampa, Robinier faux-accacia, Agave, Figuier de Barbarie…) est de ne pas les planter.

Alors redécouvrons notre patrimoine végétal local ! C’est l’objectif du guide “Jardin d’Aqui, Jardin d’ici”  qui présente 6 exemples de jardins. Vous trouverez des conseils pratiques et de belles aquarelles pour trouver les plantes bien d’ici et adaptées aux conditions de nos jardins.

© Lucie Valloir 

Cultiver l’harmonie entre les paysages typiques des Préalpes d’Azur, les jardins ou les aménagements publics c’est préserver notre originalité. On évite ainsi la banalisation de notre cadre de vie, mais aussi nous rendons l’entretien de nos espaces verts plus simples.

Le choix des plantes locales adaptées aux conditions d’aquí est une garantie de maintenir la qualité et la spécificité de nos paysages et de notre territoire. Cela permet également de maintenir notre biodiversité et d’éviter la prolifération des espèces envahissantes parfois ravageuses.

Et si vous voulez apprendre à mettre tous les conseils de ce guide en pratique, participez aux “RDV du Parc” qui proposent des ateliers “les mains dans la terre” et des conférences.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×